Vous parcourez les articles du blog contenant le tag "cadres hospitaliers".

En 2011, le réseau social Twitter explose en France (+250% en 2010, 2,4 millions d’utilisateurs selon un étude de Semiocast). Si ce phénomène est général et concerne aussi bien les professionnels que les particuliers, le secteur de la santé, il faut bien le dire, n’est pas en reste.

Pour déchiffrer les pratiques du web-social dans la santé, notre équipe a dressé un panorama synthétique des pratiques des établissements de santé sur Twitter.

  • Nombre d’établissements de santé diffusent de l’information santé et médicale multi-sujet publiée sur leur site ou leur blog.
    C’est le cas par exemple du pôle santé Deauville (@plsadeauville), des Hôpitaux Universitaires de Genève (@Hopitaux_unige) de la clinique Beaulieu (@CGBeaulieu), ou encore l’APHP avec ses deux fils (@LeWebzine_APHP et @APHP_Actualites).Cette pratique est certainement la meilleure si votre objectif est une communication large et que votre audience est pluridisciplinaire.
  • Une seconde stratégie peut-être la diffusion d’informations médicales spécialisées. Cette pratique permet d’affirmer votre légitimité et votre expertise dans un secteur donné. C’est le cas par exemple des services urologie de l’Hôpital Necker et de l’Hôpital Européen Georges Pompidou (@UrologieParis), de l’Institut Baulieu sur la maladie d’Alzeihmer (@InstitutBaulieu), de l’Institut Monégasque de Médecine & Chirurgie Sportive (@IM2S) ou encore de l’Institut de Cancérologie Gustave Roussy (@GustaveRoussy).
  • Certains comptes Twitter servent à la promotion d’événements variés dans lesquels ils sont impliqués comme des conférences, des concerts, des débats, des journées de dépistage ou de don du sang. C’est le cas par exemple du CHU de Nantes (@CHUNantes) ou de l’hôpital Necker (@hopital_necker). Cette stratégie permet notamment de présenter une structure sous un angle différent et de la rendre plus interactive.
  • Des établissements utilisent Twitter pour diffuser des offres d’emplois ou les résultats de concours comme on peut le voir aux CHU de Limoges (@CHU_de_Limoges) ou de Nantes.
  • Enfin, on notera la charmante initiative de la Clinique Générale de Beaulieu (@CGBeaulieu) qui célèbre ses #naissances comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessous.

A (re)lire aussi : Une typologie des blogs hospitaliers

A l’heure du développement de la communication des établissements de santé, les supports de communication digitale ne sont pas toujours la priorité. Si de plus en plus d’entre eux se dotent d’un site vitrine, nous avons constaté que peu ont recours à cet outil accessible et relativement simple d’utilisation qu’est le blog.

Le blog se destine généralement à la diffusion d’actualités là où le site internet a vocation à distiller une information de présentation ainsi que l’avait présenté Kapa Santé. Voici un panorama des usages du blog en établissement de santé.

  • Actualité de l’établissement. La clinique Générale-Beaulieu est un très bon exemple en matière de présence sur internet : un site vitrine, une présence sociale (Twitter, Flickr, Facebook), une web-tv sur DailyMotion et… un blog. Celui-ci sert à présenter les nouvelles infrastructures de la clinique, renseigner les patients par la publication régulière d’articles simples traitant de sujets tels que la chirurgie ou la maternité ou encore des témoignages de patients. A l’heure où de plus en plus de patients cherchent des informations sur internet à propos de leurs établissements de santé, cette clinique diffuse une image plutôt positive.
  • Actualité spécifique à un service. Le blog peut être utilisé par un département spécifique au sein d’un établissement. Les sujets peuvent être relatifs à la vie du service, renseigner les patients à propos d’événements, ou sensibiliser le lecteur à propos d’une association. C’est le cas par exemple de l’ERI du département d’Oncologie pédiatrique de l’Institut Gustave Roussy. Cette démarche permet, de plus, d’apporter une part de communication interne au sein de l’établissement.
  • Actualité santé spécialisée. La maternité de Parly 2, quand à elle, se positionne en tant que source d’information médicale relative à sa spécialité. Si cette démarche renforce la légitimité du service concerné, les informations demeurent néanmoins adressées aux lecteurs/patients et non aux lecteurs/spécialistes qui consulteront en priorité d’autres sources plus légitimes.

  • Les blogs de directeurs d’établissement. Certains directeurs d’établissements tiennent un blog. Le rédacteur en profite alors pour développer une réflexion plus générale sur le système de santé en tant qu’acteur majeur de celui-ci ou pour présenter ses travaux de recherche. C’est le cas par exemple de Christian Le Dorze ou du Pr Baulieu.
  • La promotion d’une action. L’hôpital Necker était allé un peu plus loin en publiant un blog directement sur le site des jeunes parents famili.fr. Divers articles permettaient de suivre et de mieux faire connaitre étape par étape le projet Des couleurs à l’hôpital, guidé par les journalistes de Famili et de Marie Claire Maison.
  • Le maintien du lien famille/patient. Certains établissements sociaux et médico-sociaux, notamment les EHPAD, utilisent le blog comme une passerelle entre les résidents et leurs familles. Leur contenu sert en effet à présenter les activités mises en place au quotidien auprès de leur public. Le blog doit alors être rempli de photos. Il arrive même parfois que les résidents volontaires deviennent eux-même rédacteurs.  Quelques exemples ici ou ici pour les maisons de retraites.

  • La revendication dans un contexte professionnel. Certains blogs sont rédigés par un syndicat ou le personnel de l’établissement, à des fins revendicatrices. Ici le sujet est très localisé et fait généralement écho à une décision contestée par ses rédacteurs. C’est le cas par exemple de l’hôpital de Brignoles ou de celui d’Ambert dont le contenu permet de rester informé sur les décisions des collectivités, de partager des impressions et surtout d’interagir grâce aux commentaires qui permettent à chacun d’émettre son opinion.

Le mois de janvier a été marqué par la publication de plusieurs rapports concernant les ressources humaines à l’hôpital. Ces documents étaient attendus. Pour preuve, les articles que nous leur avons consacrés ont été les plus lus le mois dernier. La plus haute marche du podium, en termes de nombre de lecteurs, revient à notre article sur la formation des cadres hospitaliers, suivi de près par celui consacré aux 34 propositions de Danielle Toupillier et de Michel Yahiel pour insuffler une « vision RH » à l’hôpital.

Les questions financières, sources de nombreuses incertitudes, continuent de constituer une préoccupation majeure pour les établissements de santé. En ce début d’année, tous ont dénoncé l’arbitraire et l’opacité des contrôles T2A menés par l’assurance maladie, accusée de plomber le budget des hôpitaux. Notre article de début d’année, posant les enjeux pour 2011 et identifiant la question de l’équilibre budgétaire des établissements de santé comme étant cruciale, a également intéressé nombre de nos abonnés.

Le « top 10″ des articles les plus lus se complète avec des habitués de ce classement, à savoir notre désormais classique « carnet de nominations », et un dossier, consacré cette fois à la mise en place des coopérations entre établissements de santé, autre sujet qui suscite quelques interrogations.

Voici plus d’un an maintenant qu’Hospimedia a ouvert un compte Twitter, et que nous développons nos liens et nos discussions avec les acteurs du web de la santé. Plus de 500 personnes se sont abonnées à notre fil d’informations sur ce media, et ce cap  fut l’occasion d’un jeu concours avec les utilisateurs du réseau et donc d’échanges privilégiés.

Le monde de la santé, et particulièrement de la santé sur le web ou « santé 2.0  » est un microcosme qui se développe progressivement sur Twitter. Par le biais d’échanges de liens et de discussions entre les utilisateurs, les sujets santé et parmi eux les articles d’Hospimedia y sont de plus en plus relayés par les experts du secteur. De nouveaux professionnels, de nouvelles personnalités ainsi que des établissements ou des institutions,s’inscrivent sur Twitter. C’est par exemple le cas de M. J-P Delevoye, Médiateur de la République, ou M. F-E Blanc, Directeur Général de l’ARS de Poitou-Charentes.

Classement des Twitteurs par domaines :

Dans ce cadre, l’équipe de Community managers d’Hospimedia (animateurs de notre présence sur les medias sociaux) a créé des listes d’utilisateurs sur Twitter, sur les thèmes ci-dessous. Ces listes, régulièrement mises à jour, ont sélectionné les acteurs les plus pertinents sur ces thèmes. Elles diffusent leurs tweets (actualités et liens en 140 caractères). Vous pouvez vous y inscrire, par Twitter ou RSS, pour en suivre les conversations.

Ces listes viendront à s’étoffer dans un futur proche, pour rassembler les acteurs des laboratoires et entreprises de santé,  des mutuelles ou des Systèmes d’Information santé. N’hésitez pas à nous signaler des fils que nous aurions oubliés, ou signalez-vous à nous si vous êtes utilisateurs du réseau. Ainsi nous pourrons échanger ensemble, développer et améliorer la qualité du Twitter santé et hospitalier.

Retrouvez une seconde sélection de listes.

T2A, convergence tarifaire et MIGAC constituent le cocktail gagnant du mois d’octobre 2010. C’est en effet notre dossier consacré aux rapports remis au Parlement par le ministère de la Santé, sur ces trois sujets, qui a intéressé le mois dernier le plus grand nombre de lecteurs. Pas vraiment étonnant quand on sait l’importance stratégique pour les établissements de ces dispositifs de régulation de leur financement.

En résumé, pour le ministère, la méthode de construction des tarifs se stabilise et l’étude nationale des coûts à méthodologie commune (ENCC), qui doit permettre d’affiner la connaissance des coûts dans les établissements de tous secteurs, continue d’évoluer. La T2A est plus que jamais considérée comme un outil de transformation de l’offre de soins, de modernisation de l’hôpital… et de contrôle de l’activité. En matière de convergence, le ministère constate notamment que les écarts faciaux se réduisent et tire un premier bilan de la convergence ciblée. Il évoque enfin l’évolution des modélisations des Missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation (MIGAC).

Le deuxième sujet à recueillir le plus de suffrages de la part de nos abonnés touche à la gestion des risques associés aux soins. Notre article faisait suite au congrès de l’AFGRIS, où il a entre autres été question des textes en préparation sur cette problématique. Le décret prévoit notamment d’impliquer davantage la communauté médicale dans l’amélioration de la qualité et la gestion des risques, et surtout de faire du directeur d’établissement le représentant légal de ce dispositif, qui arrête avec l’ensemble des acteurs son organisation.

Le sujet est sensible et quelques questions restent en suspens, concernant, entre autres, la coordination nationale, la gestion des moyens T2A-MIGAC, l’évolution des formations, l’organisation territoriale et régionale, la mesure des résultats de cette politique, et la place des assureurs et des usagers. Un guide d’accompagnement et un programme national sur cette thématique sont d’ores et déjà prévus.

On ne pouvait enfin passer le mois d’octobre sans aborder le débat sur les retraites. Nos articles sur la suppression de la catégorie active pour les infirmiers, remise en cause par un amendement adopté au Sénat, avant d’être finalement entérinée par la commission mixte paritaire, ont été particulièrement lus.

L’inquiétude des syndicats de cadres sur le retard de publication de la liste des postes ouverts pour la promotion 2009-2011 des élèves sortant de l’EHESP a également attiré nombre d’abonnés. Tout comme – et cela devient une habitude pour ce format – la synthèse mensuelle des nominations, qui fait le point sur les mouvements de personnes dans le secteur hospitalier.