Vous parcourez les articles du blog contenant le tag "DGOS".

Pas de surprise, la nomination de François-Xavier Selleretdirecteur de cabinet de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, en remplacement d’Annie Podeur à la tête de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), a recueilli les faveurs des lecteurs en février.

Les évolutions statutaires attirent également l’attention de nos abonnés : celles dans la fonction publique hospitalière qui concernent la mise en place d’une catégorie B revisitée ou les contractuels plus particulièrement mais aussi l’annonce de la fusion des corps de directeurs d’hôpital (DH) et de directeurs d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S). D’autres informations liées aux ressources humaines ont aussi remporté un franc succès telles la mise en place du jour de carence  et les retenues sur salaires à titre pédagogique pour absences dues à la neige.

Notre dossier  sur la permanence des soins se positionne aussi en bonne place dans le classement des articles les plus lus ce mois-ci, d’autant dans le cadre de la polémique relancée par le magazine 60 millions de consommateurs sur les dépassements d’honoraires.

Plusieurs sujets publiés dans le cadre de notre suivi des élections 2012 entrent également dans le top 10, notamment la proposition de Dominique de Villepin de supprimer des ARS et celle de François Hollande de rétablir le service public hospitalier.

Enfin après les ressources humaines et l’actualité politique, les finances de l’hôpital se glissent dans les articles les plus lus de février. Le soutien d’Annie Podeur à la Tarification à l’activité (T2A) et l’invitation à réaliser 415 millions d’euros d’économies dans les hôpitaux en 2012 n’a pas échappé à notre lectorat.

Hospimedia est partenaire presse des

3e Assises des Technologies Numériques de Santé
qui auront lieu le 29 novembre à l’Assemblée Nationale
sur le thème « le numérique en santé : quel projet politique ? »

Ces rencontres s’organisent autour de la définition d’un projet politique pour le numérique en santé. Quelles possibilités d’innovation ? Quelles attentes des patients-citoyens ? Quelle place pour l’industrie et les pouvoirs publics ? Allocutions et tables rondes se succèderont, laissant la parole à des professionnels et décideurs du secteur.

En savoir plus : l’agenda d’Hospimedia
Programme et inscription
La tribune introductrice de l’événement par Hospimedia

Dans la douceur du mois d’octobre ce sont les sujets pointant tout particulièrement des dysfonctionnements dans l’univers de la santé qui arrivent en tête des articles les plus lus d’Hospimedia. En première position, se trouve ainsi celui consacré aux élections professionnelles et à ses dérives dans la Fonction publique hospitalière (FPH). Les résultats de ce scrutin ont ensuite été annoncés dans une brève.

Suit l’article titré « Des hôpitaux pris dans le filet des emprunts à hauts risques » . Lever le voile sur les dettes des établissements de santé et tenter de trouver des solutions, tel était le sujet du débat organisé par la commission d’enquête parlementaire sur les emprunts toxiques en présence de directeurs d’hôpitaux. Une rencontre qui a soulevé beaucoup de questions et quelques pistes de solutions.

La dernière née des rubriques, Repères RH consacrée au nombreux outils de la souffrance au travail des professionnels de santé, arrive en troisième position. Anticipant sur le mois suivant, la problématique est également développée dans le premier dossier de novembre Ancrage de la stress-attitude hospitalière soulignant tout particulièrement la multiplication des enquêtes sur cette thématique.

Arrive aussi dans le top de ce dixième mois de l’année l’article intitulé 10,3% des lits occupés de manière inadéquate qui présente les résultats d’une enquête nationale menée par la DGOS entre mars et mai 2010 sur les inadéquations hospitalières auprès de 73 établissements répartis sur 11 régions.

Anniversaire de la loi HPST oblige, nos abonnés ont lu avec intérêt le dossier consacré au bilan de cette loi, deux ans après sa promulgation, ainsi que l’article dressant, en amont des présentations officielles, les premières tendances de ce bilan et des recommandations. Ce rapport dresse un portrait « globalement satisfaisant« , selon les propos du sénateur des Hauts de Seine, président du comité d’évaluation, Jean-Pierre Fourcade, de l’application de cette loi. Au total, ce ne sont pas moins de 33 recommandations qui ont été proposées pour amener la loi HPST à s’améliorer.

Comme souvent, la synthèse de nomination a aussi retenu l’attention des abonnés puisqu’elle est l’article le plus lu du mois dernier. Elle fait notamment suite au remaniement gouvernemental effectué par le chef de l’État le 28 juin, qui a entériné la nomination de François Sauvadet au ministère de la Fonction Publique et Valérie Pécresse au Budget. L’ancien président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Jean Léonetti, a quant à lui fait son entrée au gouvernement en tant que ministre chargé des Affaires européennes.

Sur la troisième marche du podium, le rapport d’audit de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur l’École des hautes études en santé publique (EHESP) qui, avec sa proposition d’un nouveau modèle fait grincer des dents les acteurs concernés. Car si ces derniers prennent part au constat d’une institution en crise, ils n’ont pas pour autant partagé les 23 recommandations proposées.

La période estivale est également propice au bouclage des dossiers. Ainsi, la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) et le Centre national de gestion (CNG) ont achevé les négociations avec les syndicats de directeurs de santé. Un doublement du nombre des emplois fonctionnels a été arrêté. Une décision qui a attiré l’attention des lecteurs.

Parmi le top dix, on retrouve deux rubriques d’Hospimedia: la question de droit, qui a fait le point sur les modalités de fonctionnement de la permanence des soins (PDS) lorsqu’elle est assurée par les cadres de santé, ainsi que deux bloc-notes qui ont fait la part belle à la confession du professeur Nicoli et à l’utilisation des smartphones dans les blocs opératoire.

Notre article consacré à la problématique du financement des comptes épargne-temps (CET) mis en place dans la fonction publique hospitalière (FPH) a remporté, haut la main, la palme du contenu le plus lu le mois dernier. En un mot, les années passent, et le problème demeure, suscitant l’inquiétude des acteurs concernés, au premier rang desquels figurent les praticiens hospitaliers. Si le sujet paraît technique, il est potentiellement lourd de conséquences pour les établissements publics de santé, tant sur le plan de la démographie médicale que sur le plan financier. Or, depuis la signature du protocole d’accord début 2008, la négociation est au point mort. La Fédération hospitalière de France (FHF) a demandé début février la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) la publication rapide d’un décret assouplissant le dispositif dans la FPH, comme cela a été fait dans la fonction publique territoriale. La DGOS devrait lancer sur ce sujet, avec le Centre national de gestion des PH et des personnels de direction de la FPH (CNG), une enquête dont les résultats pourraient être connus à la fin du premier semestre…

Sur la deuxième marche du podium de février figure notre article sur le dispositif de déclaration d’intérêts, qui concerne les directeurs d’établissements de santé. Les représentants de ces derniers reconnaissent l’importance du sujet, tout en soulignant la faiblesse du risque, et rappellent que les élus siégeant au conseil de surveillance et les médecins devraient également être concernés.

La « médaille de bronze », enfin, revient aux ARS, et à la signature de leurs Contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM). Trois priorités nationales sont ciblées : l’amélioration de l’espérance de vie en bonne santé, la promotion de l’égalité devant la santé et le développement d’un système de santé de qualité, accessible et efficient. Douze indicateurs communs ont été définis afin d’assurer le suivi de ces contrats.

Citons, pour terminer, outre notre désormais traditionnel carnet de nominations, deux sujets particulièrement suivis le mois dernier. Nos articles sur les métiers en santé de niveau intermédiaire, « chaînon manquant » dans le secteur de la santé, et sur la maltraitance financière dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dependantes (EHPAD), ont en effet suscité la curiosité de nos abonnés.